Critiques

Where do I wanna go?

Une critique sur le spectacle:
Where Do You Wanna Go Today ? (Variation 3) / De et avec PRICE (Mathias Ringgenberg) / L’Arsenic / du 7 au 12 novembre 2017 / Plus d’infos

Adapté à chacun des lieux dans lequel il est joué, Where do you wanna go today se donne au Théâtre de l’Arsenic, à Lausanne, dans sa troisième variation. Mathias Ringgenberg y rend sensible l’évolution d’un personnage au sein de lui-même, la recherche de son identité et de ses émotions. Un spectacle qui exploite la posture de l’authenticité, avec beaucoup d’humour.

C’est dans l’intimité d’un personnage que sont plongés les spectateurs tout au long de cette performance théâtrale et musicale. PRICE (c’est son nom) se comporte comme s’il était seul, vivant sous nos yeux une expérience visiblement très personnelle, quelque chose de pur et de brutal à la fois. Le public observe, et ressent presque une certaine gêne à pénétrer ainsi dans l’espace d’un individu dont on oublie vite qu’il est construit. L’expérience provoque beaucoup d’émotions, mais ce qu’elle cherche à véhiculer reste difficile à déchiffrer.

La sensation de voyeurisme surgit dès le début, lorsque PRICE s’extirpe d’un sommeil visiblement brumeux, et vaque à ses occupations, comme un enfant seul chez lui qui cherche à combler l’ennui. Il parle, chante, se déplace ; on l’observe, comme à travers une fenêtre – et, parfois, bel et bien à travers sa fenêtre. L’intimité se donne d’abord avec le corps surpris en mouvement, qui est aussi le sujet du monologue. Le personnage se déplace à sa manière, expérimente la marche avec ses membres. Son jeu corporel est presque animal. L’intimité de PRICE, c’est aussi l’amour, qui apparaît surtout dans les moments chantés. Sans rien connaître du personnage, nous recevons ses confidences très personnelles sur les déboires de sa vie amoureuse. Le spectacle se présente, d’une façon générale, sur le mode de la confidence, d’un secret auquel nous avons accès, et qui montre aussi les confins du corps et de l’esprit humains.

Il montre aussi l’expérience intense de quelqu’un qui se cherche. L’évolution dans l’espace est liée à une évolution corporelle et mentale. PRICE essaye différents vêtements, et montre à chaque fois une facette différente de lui-même. Revêtu d’un pantalon rose, il est peintre incompris ; enfilant ce qui ressemble à un rideau de théâtre, il se montre dramatique, il en rajoute… Il fait passer les émotions à travers son corps aussi bien qu’à travers ses discours et ses chansons : l’une d’entre elles a donné son nom au spectacle. L’adresse également évolue, au fur et à mesure que le personnage semble se rendre compte d’une présence voyeuriste. Il interroge, accuse, partage. Le public se sent progressivement accepté, accueilli dans cette intimité.

Art abstrait : la notion est thématisée lors d’un monologue. Elle pourrait décrire le spectacle en lui-même. Entre les mouvements du comédien, les prises de parole énigmatiques et les sons, la représentation laisse incontestablement place à l’interprétation du spectateur. Peut-être même un peu trop : si les sentiments de PRICE sont clairement exprimés, les causes de ces sentiments ainsi que les sujets de ses monologues demeurent ambigus, ce qui laisse une impression de flottement, de manque d’informations. Reste un mélange de douceur et de brutalité qui frappe, des formules poétiques suivies de coups sonores inattendus, une ambiance qui fait réfléchir.

Autres critiques: UNIL Atelier Critique

© Photo: Senta Simond, Jenna Carlderari

Si cette critique vous a plu, faites-le moi savoir en cliquant le petit coeur en-dessous du titre - vous pouvez aussi le partager sur Facebook, Tumblr ou Pinterest à l'aide des icônes!